OctoGônes 8 – Bilan

Ohayo !

Le week-end du 6/7/8 Octobre 2017 dans notre belle ville de Lyon se déroulait la convention OctoGônes, le festival du Jeu et de l’Imaginaire. Bayou Juju et moi vous préparons tout plein de vidéos sur l’évènement, mais on peut parler de ce que l’on a testé non ? Allez, c’est parti pour le bilan OctoGônes 8 !

 

Apocalypse au Zoo de Carson City (Jeux Opla) : Excellente surprise ! Un petit jeu de placement et de chasse au zombie (et à l’homme) très malin, tout simple, superbement illustré, la surprise du salon pour moi => Instabuy !
Le test est déjà dispo ici !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Shadowrun Crossfire : J’étais assez réticent à la base, le thème ne m’emballant pas trop, mais au final, la mayonnaise a bien pris ! C’est du deckbuilding classique, où chacun gère une classe et doit survivre à des obstacles, ça peut faire un peu mathématique mais ça fonctionne, et l’aspect RPG m’intéresse beaucoup. Hop, achat !

 


Gravity Stones (proto de Bankiiiz Editions par Johan Benvenuto) : Ancien « MoonBase », gagnant d’OctoGônes 7, un jeu « lourd » pour Bankiiiz, mais jouable en 30 minutes, et c’est réussi ! On joue des scientifiques envoyés par le gouvernement et devant creuser pour étudier des roches, mais façon SF. On a 3 actions possible : la recherche, amélioration de son robot (mécanique dominos) et récupération de ressources (mécanique domino+placement). C’est simple, mais les choix sont tendus, ça risque d’être pas mal !

 


Time Arena (arrive chez Blam) : Un MOBA jouable en 10minutes chrono, avec un système de héros qui respawn au bout d’un certain délai, j’ai trouvé ça sympa, fun à jouer, stressant à cause du chrono limité, et vu le futur prix de la boîte (~20€), je pense que ça marchera bien ! Disponible en précommande ici.

 


FootClub : Le test est là 🙂. Je me suis fait un peu ouvrir au tournoi (une erreur lors du draft de mon équipe), je perds les 2 premiers matchs 4-5 et 1-3, et je remporte le match de classement 1-0 pour sauver l’honneur. Le jeu est vraiment sympa malgré une iconographie un peu trop chargée pour moi. L’auteur a voulu faire un jeu qui donne les mêmes sensations qu’un match, et je trouve que ça marche bien !

 


Bon, après, on a rejoué aussi à Light Hunters et Paper Tales, mais vous savez déjà ce que j’en pense (du bien évidemment) =)

 


Au niveau de l’évènement en lui-même, je trouve que cela était mieux organisé qu’avant, notamment au niveau de la buvette où il était facile d’accéder même en cas d’affluence. L’entrée avait l’air de se faire de façon fluide alors que l’an dernier, c’était un peu plus laborieux. Bon, par contre, niveau aération, c’était pas trop ça, et ça sentait assez fort le gras dans les alentours…

La petite déception est venue du manque d’artisans. En général, chaque année, j’adore flâner sur les stands de créateurs pour voir ce qu’ils proposent, en tombant souvent sur des perles, mais cette année, à part le stand Ardécuir, un autre stand de reliures (magnifiques!) de livres de jeux de rôle, et un stand de bijoux/vêtements gothiques, il n’y avait rien d’autre. Je ne sais pas pourquoi, même si j’imagine que les organisateurs ont voulu réserver un maximum de place pour les joueurs, je trouve ça quand même dommage.

Le public a été au rendez-vous, avec près de 6000 entrées, il était par exemple compliqué de trouver une table pour jouer le samedi après-midi, signe que la Convention fait de plus en plus d’adeptes, et ce que j’ai personnellement trouvé très agréable, c’est que l’on ne se sentait jamais à l’étroit. Il y avait beaucoup d’espace pour circuler, et je trouve ça très important dans un salon de ce type, ne supportant pas de devoir me faufiler en permanence.

J’étais content de voir que l’attention était portée sur de « plus petits » éditeurs (comparé à Iello hein), comme Catch Up Games, DTDA Games, Don’t Panic Games ou encore Black Book Editions. Au final, on a surtout eu un public « core », peut-être moins grand public qu’habituellement.

 


Un petit mot pour terminer sur les récompenses de cette convention.

Côté plus jeunes, le prix ProtAmuse a été attribué à Fortress escape de Laurent Brugière, et le prix AmuseGônes à Mauw, de Vincent Joassin (et je vous en parle trèèèèèès bientôt !).

Le prix ProtoGônes, récompensant le meilleur jeu en devenir présenté sur le salon, est revenu à Méandres de Romain Chastan et Audrey Arnaud. L’écart a été tellement fin avec le second, Orbit de Sébastien Pailley, que les organisateurs ont décidé d’offrir à chacun une place au ProtoLab de Cannes, grande classe !

Et pour finir, le grand prix OctoGônes a été remporté par les copains Serge Macasdar et Charbel Fourel-Saliba avec Seeders – Exodus ! Je suis très content pour eux, et en même temps un peu déçu pour Light Hunters (qui finit à une honorable 3e place!), et extrêmement surpris que Paper Tales ne soit pas, à minima, sur le podium. Personnellement, je n’ai pas voté car je n’arrivais pas à me décider entre ces trois-là et FootClub qui faisait partie de la compétition.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Voilà, pas trop de photos à l’intérieur car avec Bayou Juju, nous avons été très occupés, et vous devriez voir pourquoi prochainement ;).

Rendez-vous l’année prochaine OctoGônes !


À propos de

Boardgamer, amoureux des jeux de cartes, sleeveur invétéré et améritrasheur à ses heures perdues, je suis très pour l'éclectisme dans le monde du jeu.

2 Commentaires

  1. Laurent Brugiere

    / Répondre

    Merci pour ce petit retour. Ça me permet de voir plus finement ce qui était présenté.
    J’ai passé mon weekend à présenter mon jeu et je vais pas me plaindre, puisque le public à apprécié Fortress Escape.^^

    Orbit est un jeu magnifique. À tester.
    À bientôt.


    • Maku Auteur de l'article

      / Répondre

      Mais de rien !
      Je suis un peu déçu de pas avoir eu le temps de tester plus de protos, j’espère m’organiser autrement l’an prochain ^^


Laisser un commentaire