Roleplay – Into the Odd – Le choix de trop

Salut les rôlistes! Aujourd’hui au menu, un nouveau reporting narratif de session, à l’image de ce que j’avais fait avec l’Appel de Cthulhu. Je reprends la formule, mais en différent puisque je m’attaque à mon coup de cœur de l’année 2017, à savoir Into the Odd édité chez Les XII singes. Au programme, un one-shot que j’ai créé et fait jouer à deux de mes joueurs.

Parmi toutes les sessions que j’ai pu faire, j’ai choisi celle-ci en particulier car elle illustre bien les conséquences que peuvent avoir les choix des joueurs sur la partie, vous allez comprendre. En fin d’article, vous pourrez récupérer mes notes de préparation + le plan du donjon pour le cas où vous voudriez l’utiliser. Le format est assez minimaliste, le plan et quelques notes, car je préfère m’adapter et développer l’histoire selon les actions des joueurs, ce qui explique aussi les notes ou bouts de carte qui ne collent pas avec l’aventure vécue par les PJ.

 

Difficulté du scénario: 4/5
Ambiance: Sombre et sanglant
Nombre de joueurs: 2

 

Musiques d’ambiance: Vous connaissez la musique, qui dit jeu de rôle dit ambiance sonore. Un jeu de rôle sans musique c’est comme… je ne sais pas, mais c’est moins bien. Tout au long de l’article, je mettrais des liens vers des pistes d’ambiance pour la scène vécue par nos héros. Ces musiques sont issues de la playlist que je joue notamment lors de mes sessions d’Into the Odd.

 

Infos nécessaires

Pour bien comprendre le reporting qui va suivre, je vous invite chaudement à lire le test d’into the Odd disponible sur le site. Il s’agit d’un univers assez particulier dont il vaut mieux connaître les tenants et aboutissants pour pleinement savourer et comprendre l’histoire qui suit.

 

Personnages

Commençons par une courte présentation de nos 2 protagonistes:

  • Tyro: Aventurier errant qui possède deux arcanums : Un masque qui lui permet de projeter de l’huile inflammable et un pendentif qui permet de traverser les murs.
  • Tillinghast: Un rôdeur qui a récemment mis la main sur une arcanum en forme de bague qui lui permet de saper la volonté des gens qu’il touche avec.

 

 

Un village sombre et vide

 

Introduction

Ambiance musicale

Les deux associés ont récemment fui leur ville d’origine et battent désormais la campagne en vivant de petits contrats qu’ils arrivent à trouver ici et là. C’est ainsi qu’ils ont atterri dans le village de « Les moineaux » qui rencontre quelques problèmes : depuis 2 semaines des habitants disparaissent mystérieusement. Jusqu’à présent, ce sont 11 personnes qui ont se sont évanouies dans la nature sans laisser de traces. Lorsque nos deux associés arrivent en ville, c’est dans une place du village sens dessus-dessous qu’ils posent les pieds. Une femme et son mari ont disparu il y a deux jours sauf que cette fois-ci, des traces ont été retrouvées. Les 6 hommes les plus aptes du villages sont tout de suite partis remonter la piste afin de régler le problème et ramener les villageois disparus, mais depuis aucune nouvelle d’eux.

Inquiet, le maire du village offre une récompense à quiconque retrouvera les habitants disparus avec une prime pour chaque habitant qui reviendrait sain et sauf. Il n’en faut pas plus pour intéresser les deux associés qui ne cracheraient pas sur quelques guilders (la monnaie locale). Ils se retrouvent ainsi à suivre les empruntes restantes accompagnés de deux locaux, Anton et Rodrick, qui leur servent de guide et de soutien. C’est après quelques heures de marche qu’ils arrivent sur une plage qui longe une falaise, les traces de pas semblant mener tout droit vers une gigantesque grotte à flanc de falaise.

 

 

Chapitre I : La grotte

Les 4 hommes font face à la grotte, Anton et Rodrick ne sont pas rassurés mais la présence des deux mercenaires semble leur donner assez de confiance pour franchir le pas. La grotte fait facilement 20 mètres de large et autant en hauteur. Le bout n’est pas visible, disparaissant au loin dans la pénombre. Alors qu’ils avancent prudemment ils remarque que le sol de pierre est tapissé de milliers de morceaux de coquillage. N’y prêtant guère attention ils continuent leur progression. A chaque pas, ce sont des dizaines de bout de coquille qui craquent sous leurs pieds, le bruit se répercutant dans toute la grotte. Ils continuent d’avancer. Alors qu’ils progressent au son des craquements, Tillinghast aperçoit le fond de la grotte à une cinquantaine de mètres avec en son centre une grande porte. En regardant avec plus de précision, il aperçoit de grandes entailles dans la roche et dans l’une d’elle, un mouvement quasiment imperceptible suivi d’une étincelle. « TOUS A TERRE! » hurle-t-il en plongeant au sol, suivi de peu par une détonation et le sifflement d’une balle qui passe non loin de lui.

Ambiance musicale

Les tirs proviennent de meurtrières taillées dans la roche, desquelles le groupe se fait littéralement arroser de plomb. Par chance, les tireurs étant éloignés, les tirs se font peu précis. Tyro accompagné d’Anton décide de longer le mur pour se rapprocher de la porte tandis que Tillinghast s’en rapproche en rampant, suivi par un Rodrick effrayé. Le rôdeur dégaine son fusil pour couvrir la progression de Tyro. Une fois suffisamment proche du mur, ce dernier sort son arme à feu et tire en direction des meurtrières tandis que Tillinghast commence à courir en direction de la porte tout en zigzagant sous les tirs ennemis. Après une course effrénée, le rôdeur arrive à la porte mais on ne peut pas en dire autant de Rodrick qui se prend une balle dans la jambe. Il tombe lourdement au sol et tente de se relever avant d’être définitivement pris pour cible par les tireurs qui lui règlent son compte.

C’est donc un groupe qui se retrouve amputé d’un de leurs membres qui se retrouve face à la porte, à l’abri des tirs. Ils essayent de l’ouvrir mais elle est fermée de l’intérieur et bien trop lourde pour être forcée ou enfoncée. Tillinghast jette un œil aux murs alentours et aperçoit une meurtrière qui donne sur leur position, il pointe son fusil dans sa direction et tire sur un homme en train de s’y poster. Un cri, suivi d’injures se fait entendre. Un échange de tirs débute entre Tillinghast et des hommes postés au niveau de la meurtrière. Il réussi à en abattre un mais se prend un balle qui lui effleure le bras. Face à l’urgence de la situation, Tyro décide d’utiliser son arcanum passe muraille pour traverser la porte, malgré le risque de se retrouver seul face à un ennemi supérieur en nombre.

Par chance, il tombe nez à nez avec un seul garde qui ne s’attendait pas à ce que quelqu’un traverse la porte… Le temps qu’il réagisse Tyro est sur lui, hache à la main et lui règle son compte. L’affaire ne s’est pas réglée sans bruit et notre homme entend clairement les gardes qui ont compris que quelqu’un était entré. Il sait qu’il n’a que quelques instant avant de se retrouver avec de la compagnie. Il enlève la barre qui bloque la porte et l’ouvre sans attendre, permettant aux deux hommes restés de l’autre côté de venir se mettre à l’abri des tirs ennemis et de lui prêter main forte dans l’assaut qui s’annonce.

 

 

Chapitre II : Le comité d’accueil

 

Le groupe sait qu’il n’a que quelques secondes avant que les gardes n’arrivent, ils en profitent pour reprendre leur souffle et analyser rapidement les lieux. Ils sont dans un couloir, de 4 mètres de large pour 10 de long, qui mène sur une grande pièce qu’ils ont du mal à détailler d’où ils sont. Ils ne peuvent que voir une grande porte au fond de la pièce. D’instinct, les 2 aventuriers savent qu’elle risque fort leur poser des problèmes dans les minutes qui vont suivre mais ils n’ont pas le temps de s’en occuper puisqu’au bout du couloir, les hommes qui leur tiraient dessus depuis les miradors arrivent en courant vers eux.

Ce sont 5 adversaires qui s’amènent sur eux. Tyro, Tillinghast et Anton sortent leur armes à feu afin de stopper les 3 hommes qui les chargent, épées au clair. Seuls deux restent en retrait avec des fusils pour couvrir leur collègues. Les échanges de coups de feu font du dégât: Tyro évite de peu une balle mais Tillinghast n’a pas autant de chance puisqu’un adversaire arrive à lui érafler l’épaule d’un tir bien placé. Côté assaillants, un des hommes qui chargeait est mort mais les deux autres arrivent au corps-à-corps bien décidés à en découdre. Les 3 alliés lâchent leurs armes à feu et sortent les armes de contact. TIllinghast et Anton se lancent dans la mélée tandis que Tyro lance une flaque d’huile sur les deux assaillants, momentanément aveuglés. Le groupe en profite pour leur rentrer dedans mais, de loin, ils aperçoivent un des artilleurs du bout du couloir qui se dirige vers la lourde porte du fond et qui commence à l’ouvrir en hurlant à qui veut l’entendre « Vous vous amenez bordel? Ils vont finir par passer ! ». A peine la porte est-elle ouverte que l’homme est happé à l’intérieur. Tandis qu’ils vendent chèrement leur peau les 3 hommes gardent un œil intrigué sur la porte par laquelle l’homme a disparu. Au bout de quelques instants, des hommes couvert de sang commencent à en sortir, l’un d’eux traîne un bras derrière lui.

Les gardes qui leur tournent le dos ne les voient pas, trop occupés qu’ils sont à se battre mais les hommes qui viennent de passer le pas de la porte se traînent vers eux d’un pas qui fait froid dans le dos. L’artilleur qui était resté seul est le premier à tomber, un des « hommes » le plaque au sol tandis que les deux autres commencent à l’étriper à mains nues avec une facilité plutôt déconcertante… A force de cris, leur victime arrive tant bien que mal à attirer l’attention de ses collègues qui découvrent la situation avec horreur et stupéfaction. « Mais qu’est-ce que vous foutez les gars !? vous êtes malade ou quoi !? » lance un des soldats qui n’arrive qu’à attirer l’attention des créatures qui semblent être leurs « compagnons ». Le combat reprend de plus belle et tourne clairement en la défaveur des gardes qui doivent faire face à deux fronts : d’un côté les deux sauveteurs et de l’autre les créatures qui viennent de la porte. Les 3 alliés profitent de l’attention détournée des gardes pour prendre du recul, Tillinghast et Anton récupèrent leurs armes à feu qu’ils utilisent sans ménagement. Tyro relance une flaque d’huile dans la mêlée qui est en train de tourner au bain de sang et met le feu à tout ça. En quelques secondes, le champ de bataille se transforme en un brasier duquel quelques uns des hommes ensanglantés ressortent (reconnaissables à leur démarche) mais il sont rapidement stoppés par les tirs de Tillinghast et Anton. Rapidement, plus aucun son ne se fait entendre à part le crépitement du feu qui finit par s’éteindre au bout de quelques minutes. Moment de silence et de malaise.

Musique d’ambiance

Les héros pansent rapidement leur blessure et font le tour des environs. Au bout du couloir se trouve la fameuse grande pièce avec la porte d’où sont arrivées les « créatures » qui, selon toute vraisemblance, étaient des gardes avant de devenir ces créatures déformées et hideuses. La grande pièce n’a rien de remarquable, il s’agit d’un hall qui sert de transition entre la grotte, les miradors qui contiennent quelques fusils, des munitions et un stock de poudre et le reste du repaire des kidnappeurs présumés des villageois. Etant plutôt bien équipés, Tyro et Tillinghast ne touchent pas aux fusils des miradors, à l’inverse d’Anton qui en prend un sans hésiter, le jugeant de meilleur facture que son actuel. Les 3 hommes font face à la porte ouverte d’où sont arrivées les abominations. Ils franchissent le seuil, non sans une certaine appréhension.

 

Plan de la première partie du donjon

 

 

Chapitre III : Dans le noir

 

Se retrouvant dans le noir, les 3 hommes allument une torche pour mieux voir. Ils sont dans un vieux couloir de pierre, à leur droite une porte en bois et à leur gauche un escalier en colimaçon qui monte vers un niveau supérieur. Un râle suivi d’un grattement derrière la porte à leur droite se fait entendre. Peu rassuré, le groupe décide de prendre l’escalier de pierre. Après avoir monté une bonne cinquantaine de marches, ils arrivent dans un vestibule. Face à eux, une porte qui donne sur un couloir, lui aussi plongé dans les ténèbres.

Les 3 hommes avancent avec précaution dans la pénombre. Malgré la torche, on n’y voit pas à cinq mètres… Plus loin dans le couloir, deux yeux brillants apparaissent et se fixent sur eux. Instant de tension. Les deux points lumineux se rapprochent, le groupe découvre avec horreur qu’ils appartiennent à un homme difforme qui leur fait penser aux créatures croisées plus tôt. Une fois en plein lumière, la créature semble secouée de spasmes et se rue sur eux en criant Pris de panique, le groupe retourne dans le vestibule d’où ils viennent et referment violemment la porte derrière. La créature gratte derrière la porte, les sauveteurs prennent leur armes en tremblant. Soudain, plus rien, juste le silence.

Ambiance musicale

Ils prennent un instant pour faire le point et préparer leur équipement. Cela fait quelques minutes maintenant qu’ils attendent en tendant l’oreille, un calme plat règne de l’autre côté de la porte. Aussi, les 3 hommes décident de tenter une percée. Tyro entrouvre la porte pour jeter un œil discrètement, qu’il manque de perdre de peu puisque la créature profite de l’ouverture pour passer sa main griffue par l’entrebâillement, ouvre la porte d’un coup sec et se jette sur un Tyro paniqué qui finit au sol avec l’homme sur lui qui lui lacère violemment le torse. Tillinghast, aidé d’Anton, arrive à tirer le monstre en arrière tandis que Tyro se relève d’un coup sec et se jette sur la chose en lui donnant des coups de hache, la créature se retourne et s’en prend à TIllinghast qui écope d’un vilaine blessure au bras. Il arrive à repousser l’agresseur qui tombe en arrière et atterrit dans un bruit sec le crâne contre le mur, il est mort…

Les personnages ont à peine le temps de se relâcher que la créature se relève. Du sang commence à couler de tous les orifices de son visage qui explose comme un pastèque. Des filaments rouges sortent de sa tête et se rassemblent pour former des pics de chair qui fendent l’air en visant les personnages: Tillinghast se prend un coup de plein fouet, laissant un trou béant dans son épaule.

Il n’en faut pas plus pour que Tyro se jette sur le monstre en enchaînant les coups de hache, le déséquilibrant et le faisant chuter au sol. La créature allonge ses « tentacules » qui agrippent TIllinghast et le traîne vers lui. Le rôdeur fait tomber son arme dans la panique, il essaye de s’accrocher aux pavés mais ne trouve pas de prise suffisante. Dans un accès de lucidité, il attrape ses couteaux de lancer et en envoie un dans la gorge de la créature qui pousse un sifflement aiguë et relâche sa prise. Tyro attrape l’arme de Tillinghast, lui envoie et les deux hommes se jettent sur leur adversaire en train de se relever. Des tentacules agrippent le bras gauche de Tyro qui les tranche d’un coup de hachette, Tillinghast en profite pour prendre la créature par le flan et pose sa main sur son crâne. Il tente de sapper sa volonté avec sa bague arcanum mais ça n’a aucun effet sur sur la créature. Pris de court par le manque d’effet de son arcanum sur son adversaire, il lui envoie un crochet en plein dans la mâchoire qui l’envoie lourdement au sol. Ils profitent de cet avantage pour se mettre à deux sur elle et parviennent, à force de coups, à l’achever…

Musique d’ambiance

Les deux hommes se laissent tomber contre le mur pour reprendre leur souffle et laisser la pression retomber. Au bout de quelques minutes, ils commencent à rire nerveusement avant de se relever pour continuer l’exploration du repaire. « Hey, où est passé Anton ? » s’exclame Tyro. Les deux associés balayent la pièce du regard et tombent sur le corps de l’homme qui gît sans vie dans une mare de sang, une entaille lui traversant le visage et la gorge. « Le pauvre a dû se prendre un coup durant le combat… ». Après une minute de silence, les deux hommes laissent le corps de leur compagnon de route et vont examiner la créature.

La créature aux filaments rouges

 

Après un examen minutieux de son anatomie, ils comprennent d’après l’observation de ce qui lui reste d’yeux qu’elle semble fortement attirée par la lumière, ils décident donc de réduire drastiquement la puissance de leur torche, quitte à moins y voir dans le noir et se relancent dans l’exploration de la base ennemie.

A ce stade de l’aventure, les deux associés sont dans un sale état. La confrontation a été extrêmement violente, Tyro a essuyé de sacrées blessures mais tient encore le coup malgré la douleur. Tillinghast en revanche est livide, il a perdu beaucoup de sang et ses plaies font peine à voir. Face à l’inquiétude de Tyro, il assure que tout va bien et qu’il tiendra le coup. Après avoir hésité de longues minutes à rebrousser chemin, les deux associés décident de continuer l’exploration des lieux.

En arrivant dans le couloir, ils trouvent tout de suite à leur droite une porte. En écoutant attentivement à travers cette dernière ils entendent des bruits. Tyro, qui tient la torche, traverse la porte avec son arcanum et tombe dans ce qui ressemble à une salle à manger occupée par 3 créatures semblables à celle croisée dans le couloir. Les créatures, attirées par la lumière ne se font pas prier et se jette un Tyro qui bondit en arrière par réflexe, le faisant repasser côté couloir. Les créatures de l’autres côté grattent la porte avec force, faisant croire aux deux hommes qu’ils vont finir par passer mais les bruits s’arrêtent rapidement, laissant le silence reprendre ses droits sur les lieux. Rassuré mais pas très confiants, Tyro et TIllinghast décident de laisser cette pièce de ce côté et de s’enfoncer plus en avant dans le couloir.

 

 

Chapitre IV : Les geôles

Au bout de quelques mètres, ils arrivent à un croisement. Face à eux, un escalier descend tandis que deux portes se situent sur leur flanc : une à leur gauche, en bois simple, et une autre à leur droite, renforcée par des barres en fer. Ils hésitent quelques instants mais vu leur état ils préfèrent ne pas prendre de risque et se lancent dans la descente des escaliers. Pris d’un doute Tillinghast tend l’oreille et entend comme des chuchotements qui semblent venir de la porte de droite. Il stoppe immédiatement son compagnon incrédule et lui colle l’oreille contre la lourde porte renforcée… des murmures se font effectivement entendre de l’autre côté. Prenant son courage à deux mains, Tyro qui porte toujours la torche traverse la porte à l’aide de son arcanum.

Il arrive dans un grand espace plongé lui aussi dans le noir et voit instantanément deux silhouettes au fond accroupies dans un coin. Elles sont assez éloignées de lui aussi mais il reconnait les êtres difformes qui pullulent dans les environs. Les êtres ne semblent pas l’avoir vu, aussi atténue-t-il immédiatement le feu de sa torche. Sur ses côtés, de long murs de barreaux séparent Tyro de ce qui semble être de grandes cellules remplies de corps… Les villageois sans aucun doute. L’homme retient un haut-le-cœur et entend des chuchotements qui viennent de la première cellule de droite en rentrant dans les geôles. Il s’approche doucement et aperçoit dans un coin deux hommes qui tentent de se cacher lorsqu’il s’approche, ils sont clairement effrayés et à deux doigts de sombrer dans la folie mais ils gardent un semblant de lucidité. « Ne faites pas de bruit vous allez les attirer! Sortez nous d’ici par pitié! ».

Les geôles

Tyro s’approche de la serrure qui est, bien sûr, verrouillée. Lorsqu’il demande en chuchotant où se trouvent les clefs de la cellule, un des deux hommes tend une main tremblante en direction des deux créatures au fond du couloir. Un frisson traverse Tyro, il sait ce dont est capable un seul de ces êtres au contact alors deux… Il sait qu’il pourrait tenter d’utiliser son arcanum pour faire passer les deux hommes de l’autre côté du mur, mais l’objet est pensé pour une seule personne. Il pourrait tenter d’augmenter son effet en outrepassant son utilité première mais la moindre erreur pourrait avoir des conséquences désastreuses. Il promet aux deux hommes de revenir et retourne dans le couloir en traversant la porte afin d’expliquer la situation à Tillinghast.

L’homme est plutôt réceptif et va dans le sens de Tyro, un détournement raté des pouvoirs de l’arcanum pourrait être catastrophique, aussi préfèrent-ils ne pas prendre de risques. Ils vont essayer de crocheter la serrure et s’ils échouent, ils tenteront de se débarrasser des deux créatures en prenant le moins de risques possible. Après 30 secondes de silence pesant, ils se lancent ! Tyro passe de l’autre côté du mur et accompagne délicatement la porte que Tillinghast pousse, afin que l’ouverture fasse le moins de bruit possible.

Ambiance musicale

 

Le rôdeur se glisse dans la pièce dès la porte ouverte, et après avoir balayé la pièce des yeux, se dirige vers la porte de la cellule des deux hommes, un nécessaire de crochetage à la main et s’attelle à la tâche. Malheureusement, dans la manœuvre, il fait un peu trop de bruit, et les deux créatures tournent lentement la tête dans leur direction, se redressent d’un coup avant de se diriger d’un pas saccadé vers eux.

La deuxième partie du donjon

 

Les deux prisonniers se mettent à hurler, Tyro et Tillinghast semblent hésiter quelques secondes… que faire ? Fuir pour sauver sa peau et laisser les deux hommes à leur sort ? Tenter d’utiliser l’arcanum pour fuir avec eux ? Combattre les deux créatures pour récupérer les clefs ? Ils optent pour la 3e solution. Ils sortent tous les deux leur armes à feu qu’ils utilisent sur les êtres qui se rapprochent dangereusement. Les fusils font leur effet mais malheureusement pas assez pour arrêter les deux choses qui avancent inexorablement.

Elles sont maintenant à quelques mètres de Tyro qui pointe son arme sur la créature le plus proche de lui, seulement au moment de tirer *Échec critique*, il glisse sur une pierre et le malheureux se tire dans le pied. Le temps de réaliser ce qui lui arrive, il ne peut constater qu’il est trop tard et une des deux créatures le plaque au sol, le plongeant dans l’inconscience. Il ne reste donc plus qu’un Tillinghast seul et gravement blessé face aux deux monstres. L’homme ne semble pas prendre la pleine mesure de la situation puisqu’il décide de faire face à ses deux agresseurs, après tout il pourra sauver son ami une fois les deux monstres réduits au silence. Il sort sa dague et se lance sur les créatures, l’un d’elle tente de l’attraper mais il fait une roulade sur le côté *Échec critique* seulement il trébuche et tombe lourdement au sol. Le temps de reprendre ses esprits, il réalise avec horreur qu’il est maintenu au sol par une des deux créatures. La dernière chose qu’il verra est un des monstres au-dessus de lui en train brandir une gigantesque pierre, et cette pierre se rapprocher à toute vitesse de son visage.

 

Vous êtes mort

 

Conclusion

Oui, c’est ainsi que ce termine cette session narrative, Tyro et Tillinghast sont tous les deux morts en faisant chacun son tour un échec critique sur un jet décisif.

Je ne suis pas un MJ qui joue contre ses joueurs, j’ai rarement des morts à ma table (sans compter mes sessions de l’appel de Cthulhu bien sûr). Pour moi la mort d’un personnage ne doit pas être gratuite, elle doit toujours être le fruit de mauvais choix ou d’erreurs de sa part. En l’occurrence, elle est survenue à cause de leur trop plein de confiance, l’échec critique n’étant que la goutte de trop. A de nombreuses reprises, j’ai précisé aux joueurs que la fuite était une option mais ils ont préféré continuer, persuadés qu’ils s’en sortiraient, cette session leur a clairement servi de rappel : Into the odd est un jeu de rôle ultra permissif mais très violent, si vous faites les fous, soyez prêts à en assumer les conséquences.

Vous trouverez ci-dessous la carte ainsi que mes annotations au format « One page dungeon » fait à la main. Si le principe vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire, je fais toujours ça quand je prépare un one-shot, donc si ça peut profiter à des gens…

One shot: L’expérience qui a mal tourné


À propos de

Grand dévoreur de jeux sous toute ses formes et passionné de JDR, je masterise très régulièrement et est toujours curieux de découvrir de nouveaux univers. Mon dada? Les sessions non dirigiste et la dark fantasy.

Un commentaire

  1. Aymeric

    / Répondre

    Très agréable à lire et très inspirant. J’aurai adoré avoir la naration de la rencontre avec la mere parasite et savoir le pk et le comment des enlèvements :-).


Laisser un commentaire