Avant-première JDR – Zore

Salut les rôlistes! Aujourd’hui, on va parler de Zore, jeu de rôle français créé par Michel Riédlé et édité prochainement par JDR éditions . Il a été lancé en financement participatif le 20 octobre et devrait être livré début 2018. Pourquoi je vous parle d’un jeu qui n’est pas sorti et dont la campagne de financement vient tout juste d’être lancée ? Tout simplement parce que j’ai eu la chance de pouvoir le tester en avant première au salon OctoGônes sur une session d’initiation de 2h30. Amateur de dinosaures cracheurs de feu et d’hommes préhistoriques boostés aux radiations, bienvenue dans Zore !

Je tiens à préciser que le papier qui suit est issu d’une session de jeu faite en avant-première à partir d’un prototype. Logiquement c’est l’occasion pour son auteur de faire tester Zore au grand public et donc de recueillir les avis des joueurs. Par conséquent, il est fort probable que le jeu final aura évolué depuis ce test.

 

Couverture Zore

 

L’univers

A l’ère du Crétacé, Tyr, le terrible astéroïde est entré en collision avec la terre. Oui mais voilà, les dinosaures n’ont pas disparu. Loin de là. Et la vie a poursuivi son bonhomme de chemin, influencée à présent par Tyr l’irradiante.

L’homme est finalement apparu et a évolué rapidement. A défaut d’être civilisés, les sauvages sont devenus intelligents, bourrés d’humour et certains possèdent même des pouvoirs, les Zores. Rapidement, les grands shamans en ont déduit que l’astre tombé du ciel était un dieu et que, grâce à lui, l’homme pouvait accomplir des miracles et devait lui rendre hommage (balivernes et superstition, mais rappelons qu’il ne faut jamais remettre en cause la parole d’un shaman, sous peine d’être maudit !).

La vie des Elus n’est pas si simple et ils se battent au quotidien pour survivre, pour défendre le territoire de la tribu, pour la viande ou l’eau. Mais loin d’être des badass des plaines et des montagnes, ces surhumains sont surtout confrontés à des adversaires qui les dépassent, les autres enfants de Tyr. De la végétation intelligente et agressive aux morts qui reviennent à la vie (et s’organisent pour comploter la fin de l’humanité), en passant par les dinosaures à super-pouvoirs, tous se liguent contre eux. Tous se liguent contre vous.

Car dans Zore, vous incarnez un humain primitif, mais amusant, chargé de protéger sa famille, sa tribu et même l’humanité face à une nature devenue totalement folle. (Source: http://www.jdreditions.com)

Vous l’aurez compris, on est ici dans un crossover entre préhistoire et dinosaures. Pour imager la chose, vous pouvez partir sur un monde à la Rahan ou n’importe quel être vivant (homme/plante/animal/dinosaure) peut être doté de pouvoirs divers et variés. Les joueurs incarnent des hommes et des femmes disposant de zore, pouvoirs leur donnant le statut d’élus parmi les Hommes et donc de chair à cano… de personne apte à affronter les dangers qui menacent leur tribu. L’univers se veut très pulp et décontracté pour des parties ou le maître mot est fun et accessibilité.

 

A quoi ça ressemble

Prototype oblige il est plutôt difficile de juger Zore sur son aspect. Le jeu est illustré par Mathieu Coudray et pour le moment, seule la couverture du livre de règles a été diffusée mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle inspire confiance. Si tout le reste est dans la même veine on tiendra là une très belle édition. Niveau format le livre de règle sera au format A4r. L’écran utilisé était quant à lui au format A4 en 4 volets, la version finale devrait être un 3 volets souple. Je regrette le choix de la souplesse qui manque souvent de tenue et espère de tout cœur un palier qui permettrait de passer à un écran rigide. C’est plus épais mais tellement plus stable…

 

Le système de jeu

Le système de stats de Zore est plutôt classique, les personnages ont 6 compétences et 20 caractéristiques à la sauce préhistorique : zyeuter, taper avec un truc, ne pas couler, bestioles, etc. les termes font rire et collent bien à l’univers qui se veut léger. Certaines compétences font doublon (taper/taper avec un truc, assembler/retaper) mais l’équipe étant plutôt réceptive aux remarques des joueurs, les choses devraient évoluer dans le bon sens. Une des particularités de Zore, outre son lore qui sort des sentiers battus, réside dans son système de jeu puisqu’il n’y a aucun lancer de dés. Lors de chaque action, le joueur doit dépasser un seuil défini par le MJ et inconnu des joueurs, on additionne la caractéristique et la compétence adéquate (jusqu’ici on est dans le classique) puis on vient piocher un ou plusieurs grigris dans une bourse commune à tous les joueurs. Pré-production oblige, ils étaient symbolisés par des gemmes de 3 couleurs différentes, une par type de grigri, chacun ayant un effet sur l’action en cours ou sur le personnage.

  • Les grigris blanc permettent d’améliorer son score de compétence de +1 ou d’améliorer sa défense de +1 (jusqu’à un maximum de +4 en défense);
  • Les grigris rouges, plutôt rares, donnent un +3 au score ou peuvent être mis de côté pour pouvoir activer son zore;
  • Les grigris verts font automatiquement échouer l’action entreprise.

 

À noter que tous les grigris tirés lors d’un scène ou d’un combat sont mis de côté sur la table et ne rejoindront la bourse qu’une fois celui ou celle-ci terminé(e), à l’exception des verts qui retournent immédiatement dans la pioche. Ce système fait que plus les scènes de tension durent, plus les risques d’échec augmentent puisque les gemmes d’amélioration diminuent progressivement alors que le nombre de grigris verts reste le même. Il faut donc utiliser sa pioche intelligemment au risque de rapidement cumuler les échecs.

Un zore de prêt et un très bon tirage dans la bourse à grigri. Le combat s’annonce bien.

 

La session de jeu

Nous étions 4 joueurs sur une session de 2h30. Je ne vais pas rentrer dans les détails car l’objectif n’est pas là mais je dirais que notre partie a mélangée chevauchées à dos de lézards, couture, papy passé à deux doigts du lynchage car jugé trop sympa pour être honnête, bagarre contre des vélociraptors, T-Rex cracheur de feu, homme préhistorique allemand et calumet de la paix.

 

Mon avis

Difficile en 2 heures de voir toutes les possibilités d’un JDR mais globalement je suis ressorti plutôt satisfait de cette session de jeu. Zore étant plutôt sans prise de tête et pulp, les fous rires étaient au rendez-vous. L’univers change des canons classiques, la préhistoire est une période assez peu utilisée dans le jdr et apporte donc une certaine fraîcheur. Le jeu se veut facile d’accès et destiné à tous : joueurs débutants comme confirmés. L’univers et les règles étant facile d’accès, le jeu devrait être intéressant pour les MJ désireux de faire de l’initiation aux réfractaires à l’héroïc-fantasy ou à la sci-fi. Certaines zones d’ombre attirent quand même ma vigilance:

  • Facile d’accès mais quelle sera le profondeur de Zore sur le long terme ?
  • Quelle progression pour les personnages ? Les pouvoirs des personnages vont-ils être amenés à évoluer avec le temps ?
  • Quel modèle économique au sein jeux et quelle sera la place du stuff ?

 

Je m’était inscrit à la session de jeu par curiosité sans attendre grand chose de ce JDR mais finalement j’en ressort avec l’envie d’en savoir plus. J’ai succinctement côtoyé la bête maintenant j’ai envie de savoir ce qu’elle a dans le ventre. Le financement participatif a été lancé, et je vous encourage à aller voir ce qu’il propose !


À propos de

Grand dévoreur de jeux sous toute ses formes, j'ai découvert le jeux de rôle sur le tard. Ça a été un coup de cœur immédiat, depuis je masterise régulièrement et bataille pour faire découvrir le jeux de rôle au plus grand nombre.

Laisser un commentaire