Test – Azul

Ohayo !

J’espère que vos fêtes de fin d’année ont été bonnes, et que vous avez reçu tout pleins de jeux pour Noël ! D’ailleurs, parmi eux se trouvait peut-être (voire même sûrement vu les ruptures de stock un peu partout) un jeu avec une esthétique surprenante, très colorée, ressemblant à de la faïence. Allez, vous savez déjà que je vais vous parler de…

 

Qu’est-ce que c’est ?

Azul est le nouveau jeu de Michael Kiesling (Tikal, Java, Gueules Noires…) et édité par Plan B Games, déjà responsable de Century, le Splendor-like. Dans ce jeu, vous incarnerez un carreleur portugais du XVIe siècle chargé par le Roi du Portugal Manuel 1er de décorer son Palais Royal d’Evora avec de magnifiques azulejos, des carreaux de faïence d’origine Maure. J’adore quand un jeu s’inscrit sur des évènements ou des périodes historiques, un peu comme l’avait fait Snowblind.

Qui dit auteur allemand dit en général optimisation. C’est le cas ici aussi, mais d’une manière moins casse-neurones et calculatoire que les kubenbois. Notre but sera de récupérer et de placer les azulejos sur un mur afin de scorer un maximum de points, mais plus la partie avance et plus nombreuses seront les contraintes.

 

A quoi ça ressemble ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

Dans Azul, nous allons donc devoir décorer un mur en azulejos pour scorer un maximum de points, le tout en ayant moins de pertes possibles, les carreaux inutilisés ou superflus (et donc gâchés) donnant lieu à une perte de points.

 

Mise en place

Tout d’abord, chaque joueur récupère un plateau comportant une piste de score, mais surtout le fameux mur à décorer. Notons que ces plateaux possèdent deux faces différentes, proposant ainsi une variante de jeu bienvenue.

On place ensuite les « Fabriques« , qui seront les emplacements dans lesquels les azulejos seront déposés et dans lesquels il faudra aller s’approvisionner. On remplit ces fabriques avec 4 tuiles piochées aléatoirement dans le sac, et on peut commencer.

 

Tour de jeu

La partie se déroule sur un nombre de manches indéfini, et chaque manche est découpée en 3 étapes : Offre des fabriques, Décoration et Préparation de la prochaine manche.

 

1 – Offre des fabriques

Lors de cette phase, les joueurs vont avoir, à tour de rôle, le choix entre 2 actions.

Il peut tout d’abord choisir de récupérer des azulejos dans une fabrique. Dans ce cas, il prend toutes les tuiles de la même couleur de la fabrique choisie, et il déplace les tuiles restantes au centre de la table.

Sinon, il peut choisir de se servir au centre de la table (profitant ainsi des « défausses » des autres joueurs), et de la même façon, il récupère toutes les tuiles de même couleur. S’il est le premier joueur de la manche à faire ainsi, il récupère également le jeton Premier joueur et le place sur sa ligne Plancher (on y revient plus tard).

Sauf que ces fameux carreaux, il faut bien les stocker quelque part, on va pas laisser traîner de telles beautés n’importe où ! Il va donc devoir les placer sur son plateau joueur, sur une des 5 lignes Motif. Il les place ainsi, une par une, de la droite vers la gauche. Et c’est là que les contraintes vont commencer à apparaître. En effet, si des tuiles sont déjà présentes sur une ligne Motif, alors on ne peut rajouter que des tuiles de même couleur sur cette ligne. S’il n’y a plus de place sur la ligne Motif choisie, elle est alors considérée comme complète, et toutes les tuiles restantes sont « gâchées » et sont placées sur la ligne Plancher. De plus, la difficulté va s’accroître au fur et à mesure de la partie car par la suite, il sera interdit de mettre des tuiles sur une ligne Motif si sur la ligne du Mur correspondante se trouve un azulejo de la même couleur ! Oui, vous commencez à voir le cassage de neurones là ?

Parlons un peu de cette ligne Plancher. Thématiquement, on peut dire qu’elle représente la « casse » faite lors de votre travail, et évidemment, « qui casse paie » : selon le nombre de tuiles présentes sur cette ligne, vous marquerez des points négatifs, il faut donc à tout prix éviter cela !

La phase Offre se termine lorsque le centre de la table et les fabriques sont vides, donc lorsque toutes les tuiles ont été récupérées. On peut commencer à décorer le mur maintenant !

 

2 – Décoration

Durant la phase de Décoration, les joueurs vont chercher à placer des azulejos sur leur mur. Pour cela, ils vont déjà vérifier, de haut en bas, si la ligne Motif est complète (avec aucun emplacement libre). Si c’est le cas, alors ils vont placer l’azulejo le plus à droite de la ligne sur le mur, puis comptabiliser le nombre de points marqués lors de ce placement (voir plus bas le Scoring), puis toutes les autres tuiles de la ligne sont replacées dans la boîte du jeu (et pas le sac). Si la ligne est incomplète, par contre, les tuiles restent en place pour la manche suivante (rendant ainsi plus facile leur complétion).

Scoring

Le décompte des points se fait donc lors de la pose de chaque azulejo. Si la tuile n’est orthogonalement (verticalement ou horizontalement) adjacente à aucune autre tuile, alors celle-ci ne rapporte qu’un unique point. Par contre, si la tuile est posée à côté d’une autre tuile, on va compter verticalement et horizontalement les tuiles « liées » en incluant la tuile posée pour connaître le nombre de points glanés.

Dans l’exemple ci-dessous (celui fourni dans la règle), on pose la tuile jaune. Verticalement d’abord, on voit que sur la même ligne, on a une tuile rouge, une tuile bleue et une tuile blanche : en incluant la tuile jaune, cela fait donc 4 points. Horizontalement ensuite, on a la rouge, la noire et donc la jaune, ce qui donne 3 points, pour un total de 7 points scorés.

 

On peut maintenant passer au décompte des tuiles sur la ligne Plancher. Comme je l’ai déjà dit, ce sont des malus qui vont nous tomber dessus à ce moment-là. Pour chaque tuile située sur la ligne Plancher (tuile premier joueur comprise), on va perdre le nombre de points indiqués au dessus, tout simplement, puis on remplace ces tuiles dans la boîte de jeu (mais pas dans le sac).

 

3 – Préparation de la prochaine manche

Si jamais aucun joueur n’a rempli de ligne de 5 azulejos, alors on repart pour un tour. On remplit alors les fabriques en piochant 4 tuiles dans le sac (et s’il n’y a plus assez de tuiles, on re-remplit le sac avec les tuiles placées dans la boîte de jeu), et le nouveau tour peut démarrer.

 

Fin du jeu

Le jeu se termine lorsqu’au moins un joueur a complété une ligne de 5 azulejos.

Des bonus sont alors attribués selon certains critères :

  • 2 points par ligne complétée (5 azulejos différents).
  • 7 points par colonne complétée (5 azulejos différents).
  • 10 points pour chaque couleur dont vous avez placé les 5 tuiles sur votre mur.

Le joueur ayant le plus de points est nommé Artisan favori du roi, et remporte la partie !

 

Mon avis

Bon, il n’y a pas besoin de dire que la hype entourant Azul est méritée. Le jeu est extrêmement facile d’accès, avec des règles très simples à assimiler, mais c’est le déroulement de la partie qui augmentera le challenge. Il faut bien évidemment se triturer un petit peu les méninges pour arriver à optimiser ses poses, ou au moins éviter de ramasser des malus, et même parfois essayer de gêner ses adversaires, mais tout cela se fait de manière tellement naturelle et fluide ! Il ne sera pas rare de se retrouver un peu « bloqué » par les azulejos restants dans les fabriques, et de chercher « le moindre mal » pour éviter de se retrouver trop à la traîne, mais quelle joie quand on arrive à placer un azulejo qui score 10 points (donc qui termine à la fois une colonne et une ligne, et du coup la partie) !

Azul est typiquement le genre de jeu que l’on peut sortir facilement, avec tout type de public. Je suis certain que des enfants peuvent arriver à y jouer (sans forcément voir le côté optimisation bien sûr), et les hardcore gamers chercheront à maximiser leurs points, et surtout passeront à la variante « expert » du jeu qui n’impose aucun placement sur le mur, donc à vous de bien faire attention à ce que vous faites.

Le matos fourni est vraiment très bon, avec les 100 azulejos en résine très agréables à manipuler qui sont rangés dans un joli sac en tissu, un thermo du feu de dieu, de solides plateaux joueurs, même s’il est dommage qu’ils gondolent, joli effort de la part de Plan B là-dessus ! Par contre, je ne comprends pas pourquoi le jeton 1er joueur est un petit jeton de carton, j’aurais bien aimé qu’il soit également un carreau de résine !

Bref, Azul était le carton d’Essen 2017, le carton de la fin de l’année en boutique, et il est maintenant nominé pour l’As d’Or à Cannes (et je mets une pièce dessus), vous savez maintenant pourquoi !

 

N’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter ! Et n’oubliez également pas de vous abonner à la newsletter mensuelle récemment mise en place pour contrebalancer le changement d’algorithme de Facebook.

 

Quelques infos

  • Auteur : Michael Kiesling
  • Illustrateur : Chris Quilliams et Philippe Guérin
  • Éditeur : Plan B Games
  • 2 à 4 joueurs
  • 30 à 45 min
  • Prix : 40€
  • Ça vous donne envie de l’acheter ? Cliquez ici !

À propos de

Boardgamer, amoureux des jeux de cartes, sleeveur invétéré et améritrasheur à ses heures perdues, je suis très pour l'éclectisme dans le monde du jeu.

Laisser un commentaire