Test JDR – Into the Odd

Salut les rôlistes ! Vous trouvez les jeux de rôle aux livres de règles de 400 pages trop pompeux à votre goût ? Vous avez envie de lâcher vos joueurs dans un monde bizarre et hostile où les combats sont aussi rapides que mortels ? Vous êtes fans des ambiances steampunk ? Bienvenue dans…

Logo Into the Odd

 

Qu’est-ce que c’est ?

Into the Odd est un jeu de rôle créé par Chris McDowall et édité en France par les XII singes par le biais d’un Ulule plutôt réussi puisqu’il a été financé à hauteur de 25 749€ sur les 5 500 demandés.

Rétro-clone de D&D (pour info le « Odd » de Into the Odd signifie « Old Dungeon&Dragon »), ITO est un jeu de rôle aux règles simples et à l’ambiance très particulière. Tout se passe dans Odd, vaste monde qui baigne dans une ambiance steampunk aux contrées pour la plupart inexplorées. Les joueurs incarnent des personnages fragiles lâchés dans un monde sauvage en quête d’aventure, d’or ou de gloire. Ici pas de magie, le peu de pouvoirs que vous avez provient des arcanums, des artefacts laissés dans le monde par des êtres venus des étoiles ou de dimensions lointaines. Les joueurs vont devoir composer dans ce monde bigarré où les combats sont très rapides, mais surtout létaux.

 

A quoi ça ressemble ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La gamme complète d’Into the Odd comprend:

  • Le Livre de règles
  • L’écran de MJ
  • 2 campagnes qui aident à se plonger dans l’univers
  • Un hack à ITO pour le plonger dans un univers de dark fantasy
  • Des fiches de personnages pré-tirés
  • Des tuiles de donjon
  • Un bestiaire présentant quelques créatures némésis
  • Un guide comprenant des éléments pouvant aider à monter un scénario

 

Premier constat, le format des livrets est plutôt inhabituel puisqu’ils sont légèrement supérieurs à un A5. Dans leur boîte et de loin, on pourrait penser avoir affaire à un coffret DVD. Passé le cap de la surprise, le format est plutôt agréable puisqu’il permet de manipuler les livrets facilement et de feuilleter les règles à la volée sans être trop gêné par la taille des bouquins. En revanche, prévoyez un marque page si vous voulez garder une page du livre de règles car la reliure en dos carré ne permet pas de le laisser ouvert.

La mise en page est plutôt claire et joliment illustrée, le chara-design de Maxime Plasse donne bien le ton et les illustrations d’ambiance signées Tithi Luadthong sont à tomber. Tout ça pour dire que la qualité est au rendez-vous, les XII singes ne se sont pas moqués de nous.

On va évacuer le sujet tout de suite : non, la gamme complète n’est pas nécessaire. Pour bien débuter je vous recommande de prendre le livre de règles ainsi que la campagne Into the arcana qui permet de mieux comprendre les rouages du jeu et de l’univers de Odd qui est assez… conceptuel. La gamme complète regorge d’informations utiles mais coûte quand même 99€ pour des livrets et goodies dispensables si vous êtes imaginatif.

 

L’univers

Une vaste monde inexploré, des cités-états tentaculaires, des souterrains étranges où le temps et l’espace se forment et se déforment, humains, aliens, robots, monstres divers et créatures fantastiques : le monde de Odd est vraiment inhabituel et hostile. L’univers est résolument victorien : la technologie est en plein boom et des machines toutes plus invraisemblables les unes que les autres voient le jour. L’étrange et l’inexplicable font partie du quotidien des habitants de ce monde, et plus grand chose ne les étonne.

Vous l’aurez compris, Chris McDowall a créé un univers plutôt ouvert dans lequel le MJ pourra insérer à peu près tous ses délires les plus tordus.

 

Le système de jeu

Rétro-clone oblige, on est ici sur un système D20 assez classique et le système de jeu est simple à prendre en main. Il n’y a pas de classes, pas de sorts, peu ou pas de niveaux, seulement 3 caractéristiques et la création des personnages prend 2 minutes montre en main. Voilà.

Les caratéristiques

Comme je le disais elles sont au nombre de 3 :  la force, la dextérité, la volonté et c’est tout. Toutes les actions que vous allez vouloir entreprendre dépendent de ces 3 petites caractéristiques qui vont de 1 à 20, une action réussie nécessitant un résultats inférieur ou égal a la caractéristique correspondante. Pas de bonus, de malus, de tables de calcul, easy je vous dis ! Cette simplicité va assurément faire fuir les simulationnistes, les autres en revanche apprécieront la fluidité du système et son immédiateté.

« Tu veux pousser ce rocher en contrebas sur vos poursuivants ? Très bien, tu as 13 en force, fais-moi un jet…. d’accord 16…. Tu as beau pousser le rocher, il ne bouge pas d’un pouce, alors que vos poursuivants eux arrivent sur vous en hurlant les lames hors des fourreaux. Un homme sort du tas et te donne un coup de hache. *jette les dés* Tu perds 4 points de vies. Quoi ? Quel jet d’attaque ? ».

Les combats

Ah oui au fait… il n’y a pas de jet d’attaque dans ITO,  les coups touchent toujours leur cible. Oui vous avez bien lu : une attaque touche automatiquement sa cible. Vous avez là une des grosses spécificités d’Into the Odd : les combats sont aussi brefs que violents.

Une attaque va directement entamer les Hit Point (ou points de touche) de la cible. Une fois ces derniers à 0 c’est la force qui baisse et quand elle arrive à 0 le personnage meure… tout simplement. Un repos de quelques minutes suffit à récupérer tous ses points de touche, en revanche les points de caractéristiques perdus ne se récupèrent qu’après de longs jours de repos et dans ITO pas de potions de soin, de sort de guérison etc.

La particularité de ce système fait que l’approche des joueurs change radicalement par rapport à un JDR classique. La possibilité de mourir en deux ou trois attaques incite les joueurs à utiliser leur créativité pour éviter les combats ou s’en sortir en évitant les coups au maximum. Pour ceci tout les moyens sont bons: la discrétion, la discussion, l’attaque en fourbe ou même l’utilisation des arcanums.

Arcanum en forme de crâne

 

Les arcanums

J’ai dit qu’il n’y avait pas de sorts ? J’ai à moitié menti… Le monde regorge d’antiques (ou non) artefacts abritant des pouvoirs plus ou moins puissants et plus ou moins utiles : stopper le temps, se téléporter, voir dans le futur, rétrécir, parler toutes les langues, péter du feu, briller dans le noir… il y en a pour à peu près tous les goûts et toutes les situations.

Utiliser le pouvoir d’un arcanum se fait naturellement et sans risque d’échec, en revanche vous pouvez tenter de détourner son effet mais cette utilisation nécessite un jet de sauvegarde, qui peut se faire à vos risques et périls (perte de volonté et pouvoir qui se retourne contre vous). Ces effets multiples et la possibilité de les détourner vous permet à peu près toutes les extravagances, que vous soyez en ou hors combat.

« Il y a un précipice à traverser ? D’accord, je tente d’utiliser l’arcanum, qui me permet de modifier le poids des objets que je touche, sur moi même pour être plus léger et sauter au dessus du vide. Oups, jet raté…. Quoi? Comment-ça je deviens plus léger qu’une plume et me fais emporter au loin par le vent? « 

Création des personnages

La simplicité du système fait que créer son personnage prend 2 minutes chrono, ce qui est plutôt une bonne chose dans un JDR ou vous pouvez mourir très facilement. Vous lancez 3D6 pour chaque caractéristique, 1D6 pour les points de touche, ensuite reportez-vous à une table et selon vos caractéristiques vous obtenez votre équipement de départ et les spécificités de votre personnage (œil de verre, sensibilité magnétique, un compagnon animal, etc). Vous pouvez même avoir un arcanum en objet de départ qui est tiré au hasard. Trouvez un nom, un background à votre personnage et vous voilà fin prêt à arpenter le vaste monde.

 

Quelques mots sur le créateur

Véritable passionné, Chris McDowall travaille sur son son bébé depuis des années et poste régulièrement des ajouts, notes, variantes du jeu de base sur son blog. Même si l’édition livrée par les XII singes est très bonne, il est intéressant d’aller jeter un œil à ses réflexions tant le blog regorge d’idées, d’ajouts et de variantes en tout genre. On sent que le projet lui tient à cœur et qu’il n’est pas prêt à le laisser de côté.

 

Conclusion

Côté joueurs, Into the Odd est un quasi sans-faute. Les règles sont claires et facile à comprendre, la création de personnage rapide ce qui en fait un bon jeu pour les débutants, qui peuvent être plongés dans l’aventure sans se faire assommer de règles. Les habitués quant à eux trouveront ici un bac à sable où ils pourront laisser libre court à leur créativité débridée. Le côté punitif des combats en rebutera certains mais instaure une tension plutôt agréable.

Côté MJ, cela dépendra des goûts de chacun. Le peu de règles et les zones d’ombres laissées sur certains points (pas un mot sur l’initiative en combat par exemple) feront certainement fuir les simulationnistes et les débutants qui ont souvent besoin de commencer en étant pris par la main. En revanche, les amateurs d’improvisation et de système D trouveront ici un jeu incroyablement fun qui se met au service de leur créativité. Les combats souvent mortels et les arcanums, dont il est possible de modifier les effets, font qu’il est tout simplement impossible de prévoir les réactions des joueurs, attendez-vous donc à devoir improviser à tout va et à les suivre sur des pistes que vous n’aviez pas prévues.

Son univers original, sa simplicité, ses règles ouvertes et la passion qui ont été mis dedans en font pour moi un indispensable pour tout MJ qui cherche un exutoire fun et intéressant à bas prix (à condition de ne prendre que le livret de règles).

 

Tester le jeu

Le jeu vous intrigue et vous voulez savoir ce qu’il a dans le ventre ? Vous pouvez essayer le kit de démo créé par les XII singes. Il contient les règles de base et un scénario assez simple à mettre en place. Idéal pour se forger un avis sur la bête.


À propos de

Grand dévoreur de jeux sous toute ses formes, j'ai découvert le jeux de rôle sur le tard. Ça a été un coup de cœur immédiat, depuis je masterise régulièrement et bataille pour faire découvrir le jeux de rôle au plus grand nombre.

2 Commentaires

  1. Nicolas 'Gulix' Ronvel

    / Répondre

    C’est malin, j’avais réussi à résister lors de la campagne … mais là … ahhhh … Voir l’intérieur, une petite description du système, bon, va falloir faire un jet de sauvegarde ou le porte-monnaie va automatiquement perdre des HP là !


    • Bayou Juju Auteur de l'article

      / Répondre

      Tu es plus résistant que moi, dès que j’ai testé le kit de démo j’ai craqué et pris le kit aventure.
      (Mais je ne regrette pas du tout mon choix).

      Je ne l’avais pas mis dans l’article, je viens de rajouter à la fin.


Laisser un commentaire