Test – Jetpack Joyride

Ohayo !

Quel est le rêve des hommes depuis la nuit des temps ? Voler bien sûr ! Et pour ça, on a tout imaginé, avec des trucs plutôt farfelus, comme le Flyboard pour faire plein de figures au dessus de l’eau. Mais l’objet que l’on voit le plus souvent, c’est bien évidemment le Jetpack ! Présent dans les jeux vidéo depuis des lustres, vous sentez-vous capable de le maîtriser ? Si oui, alors décollage immédiat avec…

 

 

Qu’est-ce que c’est ?

Jetpack Joyride est une adaptation d’une application à succès sur Android/iOS par Lucky Duck Games. Ces derniers n’en sont pas à leur coup d’essai car ils ont déjà adapté Zombie Tsunami et surtout Fruit Ninja (vous trouverez d’ailleurs ces derniers en boutique à l’heure où je vous parle), mais leur gros succès reste le désormais célèbre Vikings Gone Wild !

L’application mobile est un jeu à scrolling horizontal où vous devrez esquiver tout plein de pièges afin de ne pas mourir dans un premier temps, le tout en récupérant un maximum de pièces afin d’obtenir le meilleur score possible, et améliorer votre équipement ! Le design des niveaux se prête parfaitement bien à une adaptation en jeu de société en temps réel. Vous incarnez donc Barry, un vendeur de gramophones (qui est en chute libre bien évidemment) qui tombe par hasard sur un laboratoire (pas si) secret, et vole le jetpack prototypal créé par des scientifiques mal-intentionnés. Vous chercherez donc à vous enfuir de ce laboratoire afin de ne pas tomber entre les mains des méchants !

 

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

Tout d’abord, sachez que le jeu est jouable de 1 à 4 joueurs, on peut donc se faire une petite partie en solo afin d’améliorer encore son scoring ! Mais pour cette explication, on va partir sur une partie à plusieurs joueurs, qui sera bien plus fun !

 

Mise en place – Démarrage du moteur

La mise en place est très simple et rapide. Chaque joueur prend un set au hasard de 4 cartes « Labo ». A savoir qu’il y a 16 cartes Labo recto-verso, divisée en 4 secteurs différents (numérotés 1-4). Ces secteurs sont des phases différentes du niveau, et lorsque l’on prend un set, il faut évidemment prendre 4 secteurs différents.

On dispose ces cartes les unes à côté des autres, du plus petit au plus grand, afin de créer un niveau de 4 cartes adjacentes. Voici donc le niveau à traverser le plus vite possible !

Ensuite, au milieu de la table, on va disposer un peu n’importe comment toutes les tuiles transparentes (si on est moins de 4 joueurs, on en enlèvera), tuiles qui nous serviront à piloter notre jetpack. Puis, pour finir, on disposera les deux types de cartes, d’abord les b face cachées, et pareil pour les cartes Missions. On révèle 3 de ces dernières à chaque Run, elles nous permettront de scorer des points bonus.

Tout le monde est en place ? Faites vrombir le moteur !

 

Déroulement de la partie – On the sky again !

Le but du jeu va se rapprocher de la version mobile, à savoir traverser le niveau en esquivant un maximum de pièges tout en récupérant le plus de pièces possible, le tout de façon effrénée. Pour cela, il faudra récupérer des tuiles et les placer afin de « dessiner » le tracé de votre personnage à travers les missiles et autres zappeurs ! Et évidemment, les formes alambiquées des tuiles vont vous forcer à faire des choix…

Lorsque tout le monde est prêt, le plus jeune joueur crie « C’est parti ! », et la partie est lancée ! Ici, il n’y a pas d’ordre du tour, on est dans du temps réel, et c’est chacun pour soi ! Il faut donc attraper une tuile (et une seule, pas de tricheurs !) et la placer sur son plateau avant de pouvoir en piocher une autre et ainsi de suite ! La manche se termine lorsqu’un joueur a traversé ses 4 cartes Labo et crie « J’me suis enfui ! », lorsque tous les joueurs ont passé car plus aucune tuile ne peut être placée sur leur Labo, ou s’il n’y a plus aucune tuile dans la réserve.

Évidemment, ce serait trop facile s’il n’y avait pas de contraintes. Les voici :

  • La première tuile doit être placée « à cheval » entre la première carte Labo, et l’extérieur (comme une entrée quoi).
  • Lorsque l’on place une tuile, elle doit impérativement toucher au moins sur un côté (et non pas un coin) le dernier carré de la tuile précédente sans le recouvrir.
  • On ne doit pas placer les tuiles sur un obstacle (missile, laser, zappeur).

Afin d’éviter d’être bloqué, on peut enlever des tuiles (une par une) en les remettant dans la réserve.

Vous vous en doutez, c’est le bordel, mais c’est fun, ça gueule dans tous les sens, ça se pourrit parce qu’on nous a piqué une tuile, bref, on se marre !

Dès qu’une des conditions de fin de manche intervient, tout le monde s’arrête et on va comptabiliser le score de chacun. Pour cela, rien de plus simple !

  • On marque 1 point pour chaque pièce récoltée
  • On gagne plusieurs points selon les missions remplies
  • On gagne plusieurs points selon ses Gadgets
  • On PERD 3 points pour chaque tuile placée qui enfreint les règles citées plus haut (genre placée sur un obstacle, par exemple).

A la fin de chaque manche (sauf la 3e, qui sera la dernière), on révèle autant de Gadgets que de joueurs. Le joueur ayant fait le score le plus pourri en choisit un et le place devant lui, et ainsi de suite.

Et du coup, la partie se déroule en 3 manches, à la fin desquelles on additionne les scores de chacun, celui en ayant le plus étant bien entendu déclaré meilleur pilote de jetpack !

 

 

Mon avis

Jetpack Joyride a tout pour me plaire dès le départ : un puzzle-game nerveux, frénétique, fun, jouable en solo ou à plusieurs. Et force est de constater que ça fonctionne ! On râle lorsque l’on cherche une pièce pour éviter les obstacles, et on râle encore plus fort lorsqu’un adversaire nous la pique juste sous le nez, on est divisé entre le fait de rusher le niveau au risque de perdre des points et le fait de prendre son temps pour avoir un « run » parfait.

Le fait de rajouter des objectifs alternatifs fait très jeu vidéo et renforce la rejouabilité, car chaque run sera complètement différents, grâce aussi aux gadgets. A noter que dans le prototype reçu, le tour des missions et gadgets est fait assez rapidement mais la campagne Kickstarter a débloqué tout plein de nouveautés qui sont les bienvenues.

Pour un prix très TRES correct (22€ pour la version de base, 35€ avec des extensions), il serait bête de ne pas craquer, que ce soit pour jouer avec des amis en début de soirée, mais surtout avec vos enfants ! D’autant plus que, connaissant Lucky Duck Games, on peut s’attendre à un matos de top qualité (le proto est déjà dingue à ce niveau-là). La campagne est déjà un succès énorme (85.000€ récoltés, des SG à la pelle), et il vous reste 7 jours pour craquer !

 

Kickstarter Jetpack Joyride

 

N’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter ! Et n’oubliez également pas de vous abonner à la newsletter mensuelle récemment mise en place pour contrebalancer le changement d’algorithme de Facebook.

 

Quelques infos

  • Auteur : Michal Golebiowski
  • Illustrateur : Mateusz Komada & Katarzyna Kosobucka
  • Éditeur : Lucky Duck Games
  • 1 à 4 joueurs
  • 10 à 20 min
  • Prix : 22€
  • Ça vous donne envie de l’acheter ? Cliquez ici !

À propos de

Boardgamer, amoureux des jeux de cartes, sleeveur invétéré et améritrasheur à ses heures perdues, je suis très pour l'éclectisme dans le monde du jeu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.