Test – Snowblind

Ohayo !

C’est l’hiver, il fait froid (même si ça manque de neige), les conditions parfaites pour des soirées jeux ! Et du coup, autant se mettre carrément dans l’ambiance, avec un jeu parlant du grand froid, et des difficultés pour l’affronter, un jeu parfait pour démarrer la soirée, j’ai nommé…

 

Qu’est-ce que c’est ?

Snowblind, c’est déjà un thème atypique : la course vers le Pôle Sud. Cette « course » eut lieu au début du XXe siècle, avec d’un côté l’explorateur Britannique Scott, et de l’autre le Norvégien Amundsen. C’est ce dernier qui arrivera en premier au Pôle, les Britanniques n’y arrivant qu’un mois plus tard. Mais surtout, les Norvégiens réussirent à revenir à leur bateau pour rentrer, alors que Scott et son équipage moururent de froid et de faim lors du trajet retour. Un troisième concurrent étant dans la course mais on en parle peu car il n’a pas réussi à atteindre le pôle, c’est le Japonais Shirase Nobu.

Les joueurs incarneront donc un de ces équipages, et pour les besoins du jeu, un 4e équipage Allemand a été rajouté, et dont le but sera donc d’atteindre le Pôle Sud, certes, mais surtout d’en revenir !

Et pour finir, Snowblind est un jeu de « stop ou encore », ou « push your luck » en anglais, où l’on devra donc réaliser différentes actions, tout en sachant que chaque action est un risque supplémentaire de mourir, mais chaque action non-réalisée est une chance de plus pour vos concurrents de vous distancer ! Dilemme glacial.

 

A quoi ça ressemble ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

Le but de chaque équipage sera donc d’aller planter son drapeau le plus proche possible du Pôle Sud, et surtout d’en revenir avec le maximum de membres d’équipage. Par contre, attention, le vainqueur ne sera pas celui qui a planté son drapeau au Pôle et en sera revenu, mais celui qui aura accumulé le plus de points de prestige, et il y a plusieurs moyens :

  • Le drapeau planté en Zone 4/5/6 rapporte 5/10/15 points
  • La médaille (obtenue en plantant son drapeau au Pôle et en revenant au bateau avec son capitaine) donne 2 points
  • Avoir 2 camps donne 1 point
  • Chaque lot de 3 caisses donne 1 point
  • Chaque explorateur sur le camp de base donne 2 point
  • Chaque jeton de recherche donne 1 point

Chaque joueur démarre la partie avec 5 explorateurs (3 marins, 2 scientifiques) ainsi qu’un camp, 11 caisses de vivres, 3 tonneaux et le bateau en Zone 2; le capitaine (attention, s’il meurt, l’équipe est éliminée), 4 caisses et le drapeau en Zone 3; et 3 camps à côté de sa carte d’équipage (carte de score). Un deck de 6 cartes de météo est préparé, avec 5 cartes aléatoires et 1 carte « Pack Ice » qui prévient de la fin du jeu. A partir de là, c’est parti !

Dans le sens horaire et chacun son tour, les joueurs pourront prendre un dé sur le plateau des actions afin de faire quelque chose. Et il y a plusieurs couleurs et types (D6 et D8) de dés :

  • Rouge : Déplacer le capitaine d’une zone avec jusqu’à 3 caisses, et si c’est le D8, alors on peut prendre une caisse ou un explorateur supplémentaire.
  • Jaune : Déplacer un scientifique d’une zone avec jusqu’à 3 caisses, et si c’est le D8, alors on prends un jeton de recherche.
  • Bleu : Déplacer un marin d’une zone avec jusqu’à 3 caisses, et si c’est le D8, alors on peut échanger un caisse contre 2 jetons Nourriture dans la zone où le marin se déplace.
  • Vert : Déplacer un marin ou un scientifique d’une zone avec jusqu’à une caisse.
  • Violet : Chasser, et donc récupérer 2 jetons Nourriture dans une zone avec un explorateur actif.
  • Gris : Soit déplacer un explorateur, faire un lancer d’exposition (expliqué plus bas), puis le redéplacer; soit déplacer un explorateur d’une zone avec jusqu’à 2 caisses; soit placer un camp dans une zone avec un explorateur actif.

Une fois qu’un dé est choisi, le joueur pose le dé dans sa réserve, effectue son action, puis fait un lancer d’exposition. Et c’est de là que vient le danger. En effet, il va lancer TOUS les dés de sa réserve et selon le résultat, il pourra perdre des vivres, voire des explorateurs ! Il va falloir donc comparer le score des dés avec la zone active, c’est-à-dire la zone où s’est terminée l’action :

  • Tous les lancer 1, 2 et 3 sont ignorés.
  • Tous les lancers 4 sont ignorés s’il y a une compagnie (2+ explorateurs) ou un camp.
  • Tous les lancers 5 sont ignorés s’il y a un camp.
  • Tous les lancers 6+ sont une défaite automatique.

En cas de défaite, le joueur doit dépenser autant d’éléments que de lancers ratés, d’abord les réserves (caisse/nourriture), puis les hommes actifs (qui deviennent épuisés), puis les hommes épuisés (qui sont retirés du plateau). Et comme dit plus haut, si c’est le capitaine qui est retiré, c’est le game over. Du coup, on comprend vite que les D8 nous apporte un bonus, mais baissent nos chances de réussite sur les lancers d’exposition. Et surtout, et c’est là tout le sel de jeu, on va être tiraillé entre prendre une action au risque de perdre des ressources, ou jouer prudent, mais en laissant nos adversaires prendre les actions et prendre de l’avance !

 

Mon avis

Je ne l’ai pas attendu pour rien ! Snowblind est un petit jeu par sa durée, mais avec juste ce qu’il faut de réflexion et de tension pour nous tenir en haleine. On peut vraiment voir la personnalité des joueurs à travers ce jeu, entre la tête brûlée qui va prendre plein d’actions et risquer de voir son équipage décimé, ou le prudent qui va chercher à prendre son temps et bien disposer ses ressources. Une sorte de lièvre et la tortue sur la banquise !

A noter également l’édition exemplaire du jeu, avec des jetons bien épais, des dés transparents superbes, un style graphique (très) surprenant – on aime ou on n’aime pas.

Bémol par contre pour la règle française qui est trompeuse (la faute à une traduction mot-à-mot sur les capacités des dés, notamment), mais les Pixies ont mis en ligne une FAQ pour corriger cela.

Snowblind va très certainement devenir mon ouverture de soirée, afin de mettre en jambes les gens, plutôt qu’en fin de soirée où les esprits sont fatigués.

ice-age

 

Quelques infos


À propos de

Boardgamer, amoureux des jeux de cartes, sleeveur invétéré et améritrasheur à ses heures perdues, je suis très pour l'éclectisme dans le monde du jeu.

2 Commentaires

  1. Vin Parker

    / Répondre

    Très intéressant, la mécanique me tente beaucoup, ainsi que le thème.
    Par contre, je fais parti des gens qui craignent un peu ce style graphique…
    Peut être je franchirai le pas malgré tout…!


    • Maku

      / Répondre

      Hello !
      Le style graphique est certes spécial, mais on s’y fait assez facilement au final, il ne faut vraiment pas s’arrêter à ça si la méca te plait 😉


Laisser un commentaire