Test – Topiary

Ohayo !

Vous vous souvenez du chef d’œuvre de Tim Burton Edward aux mains d’argent ? Et vous avez adoré les sculptures qu’il faisait grâce à ses mains-ciseaux ? Alors vous allez adorer…

 

Disclaimer

Petite précision : la boîte de Topiary m’a gentiment été offerte par l’éditeur Aurora Games, et je les remercie de me donner la chance de faire une review de leur jeu. Étant donné que je suis amateur, je suis forcément limité par mes achats et les jeux que je peux essayer via des connaissances. Sachez par contre que le fait que la boîte m’ait été offerte n’influera bien évidemment d’aucune façon sur mon avis final.

 

Qu’est-ce que c’est ?

L’art Topiaire, c’est l’art qu’ont les jardiniers de donner des formes particulières aux feuillages des arbres et buissons. C’est à partir de cet art que Danny Devine a créé Topiary. Voici le pitch du jeu :

C’est une merveilleuse journée ensoleillée, le moment idéal pour visiter les magnifiques jardin du parc Topiary à l’entrée de la ville. Relaxez-vous et laissez-vous transporter par la beauté de ses œuvres d’art ! Il y a parfois beaucoup de monde dans le parc. Aussi, assurez-vous que vos visiteurs profitent des meilleurs points de vue sur ces ravissantes œuvres botaniques.

L’objectif de Topiary va donc être de réussir à placer ses visiteurs aux meilleurs spots du parc, afin qu’ils puissent contempler le plus de topiaires possibles, et donc marquer un maximum de points. Mais attention, il va aussi falloir créer les lignes de vues en plaçant intelligemment les sculptures afin d’augmenter le nombre de topiaires observés.

 

A quoi ça ressemble ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

Mise en place – Silence ça pousse

Chaque joueur va donc avoir plusieurs visiteurs à placer autour du parc Topiary. Pour commencer, chacun récupère les visiteurs de sa couleur (8 ou moins selon le nombre de joueurs), puis on créé une grille de 5×5 tuiles Topiaire (en enlevant une série de sculptures à 2 ou 3 joueurs). On retourne la tuile centrale du parc, on distribue trois tuiles à chaque joueur (ce qui constituera sa main de départ), et on peut lancer la partie.

 

Tour de jeu – It’s a small small world

Les joueurs vont jouer à tour de rôle jusqu’à avoir placé tous leurs visiteurs. Et à son tour, il y a donc 2 actions à effectuer pour le guide touristique que vous êtes, une obligatoire et une facultative.

Tout d’abord, le joueur doit placer un de ses meeples visiteurs inutilisés sur un côté du parc. Cela peut être face à une ligne ou face à une diagonale, mais toujours sur un emplacement inutilisé. Une fois ceci fait, le joueur peut ensuite choisir une des tuiles face cachées de la ligne/diagonale et la mettre dans sa main, et placer une des tuiles de sa main (qui peut être celle précédemment récupérée) à l’emplacement vide, face visible. Ceci permet donc aux joueurs d’optimiser les lignes de vues, afin de marquer un maximum de points, mais aussi de bloquer les lignes de vues adverses ! Car oui, il ne faut pas oublier que les joueurs sont en compétition, et qu’à défaut de marquer des points, une des stratégies peut être d’en faire perdre aux autres.

Car la chose primordiale que je n’ai pas encore expliqué, c’est le principe de ligne de vue. Pour marquer des points, les visiteurs doivent voir un maximum sculpture dans la ligne/diagonale visée, et pour cela, on va prendre en compte la taille des topiaires. Chaque topiaire a une valeur qui va de 1 à 5, et qui détermine également sa taille. Et évidemment, que se passe-t-il si devant vous, vous avez quelque chose de grand ? Vous ne voyez pas ce qu’il y a derrière bien sur ! Pour expliquer ça, prenons un exemple. Dans le cas où un visiteur voit une ligne 1-1-4-3-5, le visiteur pourra donc voir les topiaires 1, 4 et 5, mais pas le deuxième 1, ni le 3 qui sera caché par le 4.

 

Décompte des points – L’heure de la fermeture

Une fois que tous les joueurs ont joué leurs visiteurs, il est temps pour le parc Topiary de fermer ses portes et de calculer les recettes de chacun. On commence donc par calculer les points marqués par les visiteurs grâce aux lignes de vue. De plus, chaque visiteur marque un point bonus pour chaque tuile Topiaire de la même série (la même sculpture). Par exemple, s’il y a 3 dinosaures sur la ligne, alors chaque tuile visible avec le dino donnera 1 point + sa valeur.

Ensuite, les joueurs vont aussi marquer des points grâce aux tuiles en main. Pour marquer les points d’une tuile, il faut qu’un visiteur du joueur voit une tuile Topiaire de la même série ET d’une valeur supérieure (il est donc impossible de marquer des points avec une tuile à 5).

Une fois les points décomptés, le meilleur guide du parc Topiary est désigné !

 

Mon avis

Topiary est, pour un premier jeu, une belle réussite pour Aurora Games. Sous son habillage nature, écolo et tout, vous allez retrouver un bon jeu d’enfoirés où tous les coups sont permis pour éviter que ses adversaires n’arrivent à avoir une super ligne de vue et donc marquer un max de points. Placer une grosse tuile à 5 points juste à l’entrée du parc, devant un visiteur adverse, cela lui permet certes de marquer 5 points, mais il n’en marquera plus aucun autre. Un prêté pour un rendu, comme on dit !

Chaque coup doit être savamment calculé, et même si le hasard est légèrement présent car on ne sait jamais quelle tuile on va récupérer, la stratégie est omniprésente, autant pour maximiser nos propres lignes de vue qu’en anéantissant celles des autres guides, et ce en un temps record ! Car oui, la partie ne dure qu’entre 5 et 8 tours (nombres de visiteurs à poser selon le nombre de joueurs), et donc moins de 20 minutes. Chaque coup est savamment calculé, et malgré l’aspect simpliste, on se prend à se retourner un peu le cerveau pour ne pas faire n’importe quoi. Il faudra aussi savoir être opportuniste, et profiter des tuiles jouées par vos adversaires, mais avec le bon timing pour ne pas se faire griller !

Les diagonales, bien que potentiellement moins alléchantes en terme de points à la base, ne doivent pas être snobbées car personne ne s’en méfie, et on a régulièrement de belles lignes de vue sur celles-ci. C’est là la force de Topiary : le fait de ne jamais être mis hors-course et d’avoir un minimum de contrôle sur ce qu’il se passe, tant que l’on sait pondérer chaque coup.

Je parle beaucoup de stratégie et tout, mais sachez que Topiary se joue parfaitement avec des enfants, et peut se jouer de façon plus légère, sans le côté fourbe (même si je parie que celui-là arrivera rapidement :p), et son format rapide et nerveux encourage à enchaîner les parties, soit pour prendre sa revanche, soit pour chercher à augmenter son meilleur score.

 

N’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter ! Et n’oubliez également pas de vous abonner à la newsletter mensuelle récemment mise en place pour contrebalancer le changement d’algorithme de Facebook.

 

Quelques infos

  • Auteur : Danny Devine
  • Illustrateur : Danny Devine, Jeff Oglesby
  • Éditeur : Aurora Games
  • 2 à 4 joueurs
  • 15 à 30 min
  • Prix : 23€
  • Ça vous donne envie de l’acheter ? Cliquez ici !

À propos de

Boardgamer, amoureux des jeux de cartes, sleeveur invétéré et améritrasheur à ses heures perdues, je suis très pour l'éclectisme dans le monde du jeu.

Laisser un commentaire