Test – Welcome (to your perfect home)

Bonjour à tous,

Et bienvenue à Wisteria Lane, cette superbe banlieue chic où la bonne odeur de cookies fraîchement cuisinés se répand à travers les rues et où les enfants emplissent la ville de leurs rires malicieux… Malheureusement des temps sombres semblent se profiler au loin, intrigues, meurtres, seules ces quelques femmes désespérées seront à même de ramener la quiétude et la joie dans cette cité de tous les mystères…

Ah… On me souffle dans mon oreillette que je suis en train de me tromper de présentation… Veuillez m’excuser, reprenons calmement et parlons de…

 

Qu’est-ce que c’est ?

Welcome (to your perfect home) n’est pas un jeu où vous vous retrouverez plongés dans l’univers des Desperate Housewives même si à la première vue des illustrations un peu rétro c’est ce dont on peut avoir l’impression ! Détrompez-vous, dans ce jeu vous allez devoir construire votre propre ville de façon optimale ! Alors si vous vous sentez l’âme de Gaudi, de Le Corbusier ou encore de Ted Mosby, arrêtez-vous et faites donc une petite partie !

Comme je l’ai évoqué rapidement plus haut, Welcome (to your perfect home), c’est un jeu d’optimisation ! Chacun va devoir tenter de faire mieux que ses adversaires avec les mêmes éléments de jeu ! En somme du draw and write en duplicate pour jouer jusqu’à 100 personnes en même temps !

Oh la la, mais que de termes barbares vous dites-vous peut-être ! Ne vous inquiétez pas, à la fin de cet article vous saurez exactement de quoi il en retourne et vous pourrez vous aussi vous la jouer avec des termes savants.

 

A quoi ça ressemble ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Qu’est-ce qu’il faut faire ?

  • Matériel de jeu

Le jeu se compose de :

  • Feuilles de jeu individuelles où se trouvent 3 rues vides dans la zone supérieure et le système scoring dans la zone inférieure
  • Cartes plans
  • Cartes travaux qui ont une face numéro de rue et une face action/effet

 

  • Mise en place

Tout d’abord, chaque joueur récupère une feuille de jeu et se munit d’un crayon à papier (c’est mieux si jamais on se trompe). Ensuite on essaye de trouver un nom rigoloriginal à sa ville, mais si jamais le manque d’inspiration se fait sentir, un nom banalennuyeux fera tout aussi bien l’affaire…

Puis, on pioche aléatoirement 3 cartes plans qui représentent les objectifs communs que les joueurs pourront tenter de réaliser au cours de la partie.

Enfin on répartit les cartes travaux en 3 piles égales et on les pose face numéro de rue visible sur la table.

Et voilà, maintenant on est prêt à jouer !

 

  • Déroulement d’un tour de jeu

A chaque tour, on commence par retourner toutes les premières cartes des piles travaux sur leur face action et on les place à côté de leur pile de provenance. Cela donne donc trois combinaisons de numéros de rue associés à une action. Ensuite, simultanément, les joueurs choisissent (chacun pour eux) une des possibilités présentes à ce tour ci. Enfin, chacun écrit le numéro de rue dans une de ses maisons vides et effectue (s’il le souhaite) l’effet associé.

Jusqu’ici, rien de bien compliqué me direz-vous ! Sauf que bien évidemment, il existe une contrainte quant au placement des numéros dans les maisons ! Tout bon architecte qui se respecte ne classera pas ses maisons n’importe comment dans ses rues… C’est pourquoi dans chacune des 3 rues, les maisons doivent être ordonnées de façon croissante, comme dans la vraie vie quoi !

Mais alors, du coup, y’a des moments où on risque d’être bloqué ? Et bien oui, et justement, c’est une des conditions de fin de partie. Si un joueur ne peut pas, à 3 reprises placer de maison, alors le jeu est fini et on compte les points de chacun.

La partie s’arrête également dès qu’un joueur a construit toutes les maisons de toutes ses rues ou réalisé les 3 objectifs communs. Sachant que le premier joueur à réaliser un objectif marquera plus de points que les suivants.

 

  • Effet des actions

La barrière (ou le géomètre) : permet d’ajouter une barrière entre 2 maisons et ainsi créer des lotissements. Les lotissement peuvent être constitués de 1 à 6 maisons et on peut avoir autant de lotissements qu’on le souhaite, de taille diverses ou identiques. En fin de partie, les lotissements nous rapporteront plus ou moins de points en fonction de la valeur qu’on leur aura donné.

L’économie (ou l’agent immobilier) : c’est justement cette action qui va nous permettre d’attribuer les valeurs aux lotissements. Dès qu’on utilise l’action, on peut rayer dans une de nos colonnes (correspondant au nombre de maisons par lotissement), la plus petite valeur encore visible. En fin de partie, on marquera autant de points par lotissement concerné que la plus petite valeur visible dans chaque colonne.

Le jardin (ou paysagiste) : à chaque fois que l’on choisit cette action, on va pouvoir rayer (dans la rue où l’on a construit la maison) la plus petite valeur encore visible de parc. En fin de partie, on marquera autant de points par rue que la plus petite valeur de parc encore visible.

La piscine (ou le fabricant de piscine) : à chaque fois que l’on construit une maison qui est associée à une piscine dans une maison qui comprend effectivement une piscine, on peut en bas de la feuille (dans la partie scoring) rayer la plus petite valeur visible liée aux piscines. En fin de partie, on marquera autant de points que la plus petite valeur visible dans cette catégorie.

Les travaux publics (ou agence d’interim) : cette action permet de moduler de 1 ou 2 le numéro de la maison à laquelle elle est associée. A chaque fois qu’un joueur choisit cette action, dans la partie scoring de sa feuille, il raye une icône de travaux publics. En fin de partie, parce que créer de l’emploi c’est le top du top, le joueur ayant rayé le plus d’icônes dans cette catégorie (et donc fait appel au plus d’intérimaires) marquera 7 points de victoire, le deuxième 4 et le troisième 1.

La boîte aux lettres (ou numéro bis) : ça permet tout simplement de gruger un peu et de remettre une maison portant le même numéro qu’une autre dans une même rue ! Mais attention, les maisons portant le même numéro doivent être dans le même lotissement et à chaque fois qu’on utilise cette action, on doit cocher, dans la partie scoring de la feuille la plus petite valeur visible correspondant à cette action et si l’on abuse des numéros bis, ce sont des points négatifs que cela va nous rapporter !

 

  • Fin de partie

La partie s’arrête quand les objectifs communs ont tous été réalisés par un même joueur ou un joueur n’a pas pu construire de maison à 3 reprises ou un joueur a complété ses 3 rues. Chacun reporte alors ses point dans chaque catégorie de scoring et le joueur avec le plus de point est nommé meilleur architecte de tous les temps et verra sa ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO ! Oui j’exagère légèrement en disant ça mais, pourquoi ne pas rêver un peu après tout…

 

Mon avis

Kelingah

Je n’ai fait qu’une seule partie de ce jeu, mais j’ai très envie d’y revenir ! Sous ses airs de bingo (oui oui je vous assure que j’ai crié à plusieurs reprises que je voulais un 2 barrière ou un 10 jardin et que j’ai jubilé quand ils sont sortis !), il offre quand même de la réflexion et nous pousse vraiment à faire des choix. Il ravira les fous furieux de l’optimisation et de l’anticipation autant que les laxistes je m’en foutistes de l’organisation qui s’en sortent toujours en s’adaptant du mieux qu’ils le peuvent ! A tous les aficionados de Steam/Boutabou, Take it easy et aux autres, j’ai envie de vous dire que l’essayer, c’est l’adopter, même si j’avoue avoir été plutôt dubitative avant de me lancer dedans. Je ne saurai pas dire d’où vient cette alchimie, mais il se passe quelque chose de plaisant !

 

Maku

Welcome est tout simplement mon coup de coeur de ce début d’année ! Simple, tactique, avec de l’optimisation, jouable en solo, rapide à mettre en place… Que des qualités qui font que j’ai déjà réussi mon challenge 10×10 sur ce jeu !

Comme l’a dit Kelingah plus haut, il est fréquent de crier de joie lorsqu’un « 10 piscine » sort et qu’on peut le poser parfaitement, rappelant complètement l’ambiance que l’on peut avoir autour d’une roue de casino, ce qui est vraiment fun à vivre ! Bien évidemment, on râle tout autant quand la carte parfaite sort, mais que l’on a déjà rempli la case parfaite.

Notons également l’existence de plusieurs variantes, avec des cartes Lotissements plus compliquées à remplir, la pose de ronds-points, et une variante « Expert » où l’on va drafter 2 cartes sur 3. Pas mal de possibilités et une grosse rejouabilité !

Petit conseil pratique : même si la quantité de fiches fournies dans la boîte est laaaaargement suffisante, qu’il existe une application mobile et tablette Android et iOS pour cela, et que l’image est téléchargeable sur le site de Blue Cocker (ainsi que la fiche goodie), je vous conseille de plastifier 4/5 feuilles pour pouvoir les réutiliser ad vitam aeternam avec des feutres Velleda :).

Bref, pour un si petit prix, ne vous privez surtout pas de Welcome, d’autant plus que vous pouvez jouer à autant que vous le souhaitez !

 

N’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter ! Et n’oubliez également pas de vous abonner à la newsletter mensuelle récemment mise en place pour contrebalancer le changement d’algorithme de Facebook.

 

Quelques infos


À propos de

Passionnée de jeux depuis plus de 10 ans, j'ai réussi à en faire mon métier ! Et depuis 2016 j'officie à Trollune, la célèbre boutique de l'imaginaire à Lyon !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.